Exposition / Exhibition

Venez découvrir mon exposition « CONCRETE CELLS : les cages en béton » du 30 mars au 15 avril au Pôle Juridique et Judiciaire de l’université de Bordeaux*, 35 place Pey Berland.

 

Vernissage le jeudi 30 mars à 18h

 

*CONCRETE CELLS s’inscrit dans le cadre du colloque « Le million d’habitants : à quel prix ? » organisé par les étudiants du master 2 Droit de l’urbanisme, de la construction et de l’immobilier de l’université de Bordeaux, via leur association AJUCA.

Plus d’infos sur AJUCA.fr

 


 

CONCRETE CELLS c’est une série de 12 photographies d’architecture, réalisées en couleur ou en noir & blanc numérique. Les photos qui vous seront présentées sur place du 30 mars au 15 avril sont des reproductions imprimées à sec sur papier bristol, des véritables tirages d’art sont néanmoins à la vente en 10 exemplaires. Un catalogue pourra vous être remis sur demande.

Pour cela, remplissez le formulaire par ici !

 

Texte de présentation : 

“Pourquoi ? Pourquoi abandonner nos logements anciens, nos demeures haussmanniennes, nos hôtels particuliers, refuges de cartons antiques et de planchers délabrés. Pourquoi laisser la friche en friche, et pourquoi laisser le pauvre à la rue ? Pourquoi construire de nouveaux refuges, cages en béton et toitures en papier. Sommes-nous devenus à ce point précaires ? Marcher au grès du vent et voir pousser par dizaines, des tours de ciment et des zones pavillonnaires. Pour une vue toujours plus obscure, masquée par ce voile de grise similarité. Les plus délaissés dans cette course aux étoiles auront-ils la possibilité de s’abriter, finalement ? Concrete cells est le reflet d’une sensation d’étouffement, de précarité, de confort mal jaugé et de questionnement. Plus qu’une simple exposition d’architecture, elle s’offre à vous comme un message de réflexion sur des solutions alternatives au logement tel que nous le connaissons. Une vue d’artiste sur la question de l’habitat, de ce qui fait notre petite bulle de confort, et des concessions à faire pour accepter la surpopulation.”

 

Laisser un commentaire